Article publié le 30/04/2018 - Rappels produits

Des peluches vendues chez JouéClub, Aubert et KingJouet sont rappelées

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a annoncé le rappel de peluches dangereuses. Êtes-vous concernés ?

Quel est le motif du rappel et quelles sont les peluches concernées ?

Le motif du rappel de ces peluches est leur dangerosité pour les plus jeunes enfants. L'œil de ces peluches peut en effet se détacher. Il présente ensuite, en cas d'ingestion, un risque pour l'enfant. Il ne faut donc pas prendre ce rappel à la légère : il ne s'agit pas d'une défectuosité sans conséquence, mais bel et bien d'un réel danger pour votre enfant !

Les peluches en question sont de marque Histoires d'Ours. Elles ont été vendues entre autres par les magasins Aubert, KingJouet et JouéClub, ainsi que par le site vente-privee.com . Elles sont du type Z'animoos et portent des références allant de HO2345 à HO2358. Elles représentent, suivant les cas, divers animaux (panda, lapin, ours, chat, hippopotame, souris ou vache).

Si vous avez récemment acheté une peluche, notamment dans une des enseignes concernées (Aubert, KingJouet ou JouéClub), vérifiez sa marque et le cas échéant son numéro de lot pour ne pas mettre en danger votre enfant !

Que faire lorsque l'on est concerné par le rappel ?

La DGCCRF recommande de ramener les peluches dangereuses auprès de l'enseigne concernée (Aubert, KingJouet, JouéClub, etc.). Compte tenu de la dangerosité des peluches et du caractère officiel du rappel, vous serez remboursé sans difficultés si vous avez encore le ticket de caisse.

Vous pouvez aussi contacter directement la marque ayant diffusé les peluches concernées par le rappel. Vous pourrez joindre son service consommateur par courrier (Service consommateurs Histoire d’Ours, 48/52 avenue des Châtaigniers, 95150 Taverny) ou bien par téléphone (par le numéro vert 0800 833 798). Cette alternative est surtout intéressante si votre enfant a reçu la peluche en cadeau d'un tiers, et que vous ne savez pas où elle a été achetée.

Quoi qu'il en soit, tenez immédiatement votre enfant à l'écart des peluches fautives ! Mieux valent quelques larmes d'un enfant privé subitement de son doudou que de risquer de l'emmener aux urgences de l'hôpital...

Vous avez aimé ?

Articles en relation