Article publié le 12/03/2018 - Rappels produits

Des ananas Tropical Fruit rappelés

Parce qu'il a été détecté une présence d'éthéphon, des ananas ont été retirés de la vente. Il s'agit d'ananas Cayenne vendus au rayon fruits et légumes des magasins d'alimentation sous la marque Tropical Fruit.

Ces ananas ont été commercialisés le 1er février 2018, avant d'être rappelés le 15 février. Ils sont reconnaissables grâce à leur étiquette portant le code-barres 3 453 120 236 458 et l'origine Cameroun. Si vous êtes en possession d'un tel ananas Cayenne, vous :

  • ne devez pas le consommer ;
  • le rapporter dans le magasin où vous l'avez acheté.

Compte tenu de ce rappel, il vous sera remboursé même sans ticket de caisse, car tous ces fruits doivent être détruits. Si vous avez besoin de plus amples informations, n'hésitez pas à composer le 0156701581.

Qu'est-ce-que l'éthéphon ?

Les ananas Guyane de Tropical Fruit qui font l'objet de ce rappel, contiennent une teneur d'éthéphon supérieure à la limite définie par l’Union Européenne et dont le seuil peut présenter un risque pour la santé publique, notamment dans le cas d’une consommation régulière. C'est ce que justifie la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). L’éthéphon est une substance phytosanitaire utilisée par les producteurs pour accentuer la coloration extérieure du fruit.

Le produit étant pulvérisé quelques jours avant la cueillette. C'est un éthylène de synthèse connu aussi pour contrôler la croissance de nombreux fruits et légumes. Il se concentre sur leur surface extérieure. C'est toutefois pour l'ananas à la peau épaisse que l'éthéphon représente le moins de danger. 

Des cas similaires par le passé

Précisons que si la DGCCRF a fait procéder à ce rappel des ananas de la marque Tropical Fruit, c'est parce que l’éthéphon avec lesquels ils sont traités se transforme en éthylène. Ce composé organique de type hydrocarbure est adopté dans le but de maîtriser la croissance des plantes. Son utilisation est autorisée en Europe pour des fruits et légumes en provenance d'Afrique, ou encore d'Amérique du Sud. Mais, s'il se concentre en trop fortes quantités, ce produit de synthèse s'avère cancérigène et corrosif pour les muqueuses des consommateurs.

Déjà, par le passé, l’association Que Choisir montrait du doigt la contamination à l’éthéphon des ananas Sweet du Costa Rica. Tandis qu'après plusieurs refus d'entrée sur le territoire français, le Bénin interdisait l'usage de l'éthéphon pour ses cultures d'ananas.

Vous avez aimé ?

Articles en relation