Article publié le 03/09/2019 - Rappels produits

Cora rappelle un lot de jambon

Les rappels de produits semblent se multiplier ces derniers temps. Dans la plupart des cas, les produits rappelés présentent un risque potentiel quant à leur utilisation dans la vie quotidienne.

Rappel d'un lot de jambon pour défaut détiquetage

La célèbre enseigne Cora, chaîne d'hypermarchés, vient de lancer un rappel de produit alimentaire pour défaut détiquetage. En effet, une erreur relative à la date limite de consommation s'est produite et le défaut détiquetage en question porte sur une date limite de consommation erronée. La denrée concernée est un lot de jambon, conditionné en barquette de deux tranches. La date limite de consommation portée sur l'emballage de ce produit est le 15 septembre 2019. Il s'agit en fait d'un défaut détiquetage, d'après les dirigeants de Cora, et la date limite de consommation exacte est le 15 août. Ce qui implique que cette denrée, dont le lot porte le n° 1929405, est périmée. Cora porte alors à la connaissance de sa clientèle et de ceux qui ont acheté ce produit que la consommation ou l'ingestion de celui-ci présente un risque avéré sur la santé.

Cora présente le risque

Dans un communiqué adressé à sa clientèle, Cora fait savoir que le produit objet du rappel est le Jambon Le Paris supérieur 2 tranches, de marque Cora. Le communiqué précise, outre le numéro du lot, le code-barres 325 798 401 1370. Cora précise que la consommation de ce lot expose le consommateur à un risque susceptible de nuire à sa santé. L'enseigne confirme que le rappel provient du défaut détiquetage sur lequel la date limite de consommation, mentionnée pour le 15 septembre au lieu du 15 août 2019,est erronée. Par conséquent, Cora invite tous ceux qui possèdent encore ce produit sur leurs étagères, ou dans leur réfrigérateur, à le rapporter auprès du bureau d'accueil d'un des magasins de l'enseigne aux fins de remboursement ou d'échange. La chaîne s'engage en effet à dédommager la clientèle pour ce désagrément indépendant de sa volonté.

Les denrées alimentaires ne sont pas les seuls concernés par de tels rappels. Des mobiliers ou encore des voitures peuvent également en être concernés. Dans ce sens, le risque demeure permanent pour le consommateur ou l'utilisateur.

Vous avez aimé ?

Articles en relation